Référence :223018

Guide des corps des marchands et des communautés des arts et métiers tant de la ville & fauxbourgs de Paris, que du Royaume. Contenant, en forme de dictionnaire, l'origine historique de chaque corps : un abrégé de leurs statuts : la manière dont ils se gouvernent, avec les règlemens pour l'administration des deniers communs des communautés, & la reddition des comptes : les jurisdictions où ils peuvent être traduits & traduire les autres : l'usage des différentes places de commerce, &c. Ouvrage utile aux négocians, banquiers, artisans.

[PARY (Étienne-Olivier)]

Paris, veuve Duchesne, 1766, in-12, [4] ff. n. ch. (titre, préface, avertissement, privilège), 489 pp. mal chiffrées (il y a des sauts de chiffrage de 287 à 285, puis 308 à 313, 456 à 461 et 182 à 479), [7] pp. n. ch. de table, veau cerise, dos à nerfs cloisonné et fleuronné, encadrement de double filet doré sur les plats, pointillé doré sur les coupes, tranches rouges (reliure du XIXe s.).

Il s'agit, sous un nouveau nom, de la deuxième version de l'Almanach des corps des marchands et des communautés des arts et métiers de la ville et fauxbourgs de Paris, donné originellement en 1753, et qui connaîtra encore une nouvelle dénomination en 1768 (Almanach général des six-corps de marchands). Il ne semble pas qu'il fut continué après 1768. L'ouvrage offre une foule de renseignements juridiques, économiques, financiers et organisationnels sur les corps marchands de l'Ancien Régime (en sont exclus les professions relevant des arts libéraux, donc on ne trouvera ici ni les professions juridiques et médicales, ni même les chirurgiens-barbiers, qui se haussaient du col depuis quelque temps et avaient protesté contre leur inclusion dans l'Almanach). Quérard VI, 613 (ne fait pas le lien avec l'Almanach). Grand-Carteret, Almanachs, 195. Bel exemplaire. Exemplaire de Godefroy de Montgrand (1822-1897), l'auteur de l'Armorial de la ville de Marseille (1864), avec armes dorées poussées au centre des plats, chiffre doré GM poussé dans les entre-nerfs et vignette ex-libris contrecollée sur les premières gardes. L'ouvrage passa ensuite dans les collections de Jules Couët (1860-1938, vignette ex-libris), archiviste-bibliothécaire de la Comédie Française dont l'importante bibliothèque, de près de 5000 volumes, fut vendue aux enchères en plusieurs vacations en 1936.

1,000.00 €