Référence :214493

Le Mémorable siège d'Ostende, décrit et divisé en douze livres.

BONOURS (Christophe de)

Bruxelles, Jean de Meerbeeck, 1628, petit in-4 carré, [4] ff. n. ch. (titre avec belle marque de libraire, dédicace à l'Infante Isabelle, table), [719] pp. mal chiffrées 601 (il y a plusieurs sauts de chiffrage, de 199 à 100, de 210 à 201, de 346 à 349, sans manques), avec un plan dépliant hors texte, basane fauve, dos à nerfs orné de filets, pointillés, caissons et fleurons dorés, pièce de titre, encadrement de double filet doré sur les plats, tranches rouges (reliure de l'époque). Coiffes rognées, qqs éraflures sur les plats.

"Edition originale (il existe une édition de 1633, à l'adresse de François Vivien, mais il semble que ce ne soit qu'un retirage). Avec une durée qui s'étage de juillet 1601 à septembre 1604, le grand Siège d'Ostende mené et remporté de haute lutte par les forces espagnoles contre une garnison protestante des Provinces-Unies, forme sans aucun doute l'un des plus longs de l'histoire européenne. Au point de vue purement militaire, ce fut en soi une campagne à part entière de la longue Guerre de Quatre-Vingts Ans, avec une constante succession de batailles sur terre comme sur mer, un déploiement de violence, d'ingénierie militaire et d'innovations technologiques, d'espionnage et de missions diplomatiques pour obtenir un soutien financier, de mutineries et de désertions dans les deux camps. Dénommée à l'époque ""L'école militaire de l'Europe"" ""l'école de la guerre"", ""la nouvelle Troie"", ""le grand carnaval de la mort"", elle constitua aussi l'une des campagnes militaires les plus coûteuses de l'époque moderne. Et politiquement, l'affaire déroula vite ses conséquences sur le conflit en cours : d'une part, les protestants durent quitter le pays (surtout à L'Écluse et Aardenburg), ou se convertir au catholicisme (d'où le départ de quelque 250 000 protestants vers le nord, mais aussi en Angleterre, ou en Allemagne) ; d'autre part, même si les fruits immédiats de la conquête d'Ostende semblent plus favorables aux Espagnols, les combats avaient tellement affaibli les deux partis, qu'ils durent bien vite songer à un cessez-le-feu. Les pourparlers de paix entamés à La Haye, en 1608, sous la médiation de l'Angleterre et de la France, aboutirent le 9 avril 1609 à la fameuse Trêve de douze ans. L'auteur est un parfait inconnu en-dehors des deux seuls ouvrages qu'il commit (l'autre étant un Discours de la vraye noblesse, publié à Liège en 1616). Biographie nationale de Belgique I, 687-88. Exemplaire de Bernard de Noblet, comte de Chénelette, avec vignette ex-libris armoriée contrecollée sur les premières gardes. Il était lieutenant des maréchaux de France au baillage de Mâcon, et les seules dates certaines le concernant est celle de ses mariages (19 novembre 1695 ; 30 mai 1718). Il est à l'origine de la branche des marquis Noblet d'Anglure."

1,200.00 €