78 résultats

1814-1815. Souvenirs des régions envahies.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1999, 16 x 24 cm, 161 pp., broché.

"Réunion de quatre témoignages sur les années que l'on pourrait qualifier de «débacle» : le Récit dramatique de l'invasion de 1814 par le garde d'honneur de Mauduit ; l'Incendie de Méry-sur-Seine (22 février 1814) par un juge de paix nommé Hubert ; une histoire de Compiègne en 1814 par un contemporain, bibliothécaire de la ville, nommé Escuyer ; enfin, le récit du Blocus de La Fère par les Prussiens en 1815 par le général baron Chapelle."

Combats et captivité en Russie. Mémoires et lettres de soldats français.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1999, 16 x 24 cm, 140 pp., broché.

"Réimpression des quatre textes suivants : Notes sur ma campagne de Russie par le commandant de Lassus-Marcilly ; Journal des campagnes et blessures de Charles-François Minod ; Lettres du colonel Martin ; et Lettres de ma captivité en Russie du commandant Breton."

De l'exil au retour de l'île d'Elbe. Récits de contemporains.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2001, 16 x 24 cm, 122 pp., broché.

Pas moins de dix témoignages sont réunis dans ce volume, qui nous donnent une vision contrastée de la France de 1814-1815. Comme dans la plupart des crises que la France a pu traverser, le pays est déchiré. Suspicion, délation, volte-face mais aussi actes de courage sont monnaie courante. Ces dix textes qui vont du départ de l'Empereur déchu à son retour en France, en passant par l'épisode de l'île d'Elbe, nous font revivre cette période passionnée et passionnante.

De la campagne de Saxe à la campagne de France. Lettres et souvenirs (1813-1814).

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2000, 16 x 24 cm, 139 pp., 2 cartes, broché.

"Ce recueil contient les notes du chirurgien aide-major Nicolas Jacquier (Itinéraire de Wesel à Mayence) ; des extraits des mémoires du capitaine Adolphe de Gauville (Un prisonnier de guerre en 1813) ; les lettres d'Auguste Paruit à sa mère et à son frère, de juillet 1813 à juillet 1815 ; et le récit de la bataille de Montereau par Tondu-Nangis, un témoin oculaire local."

Du Tage à Cabrera. Souvenirs de deux lieutenants et d'un caporal.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1999, 16 x 24 cm, 181 pp., broché.

"Réunion des Souvenirs sur la campagne du Portugal (1810-1811) du lieutenant d'artillerie de Bauyn de Péreuse, des Voyages et Campagnes en Espagne (1807-1808) de Cosme Ramaeckers, lieutenant belge, et d'un récit anonyme d'un caporal de la division Mouton-Duvernet, surnommé ""L'infatigable"", sur la campagne d'Andalousie."

La bataille de Marengo et ses préliminaires racontés par quatre témoins.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1999, 16 x 24 cm, 141 pp., broché.

"Se trouvent ici réunis quatre textes devenus fort rares : les Souvenirs de guerre du capitaine Gattlen sur les campagnes d'Italie de 1796 à 1800, et plus particulièrement sur les batailles de Novi et de Marengo ; le Précis de la surprise de Mont-Cenis en avril 1800, rédigé par un officier piémontais ; la Relation du siège de Bard (1800), par le général du génie Olivero ; enfin, les Mémoires du général Danican sur la bataille d'Alexandrie ou Marengo."

La Garde impériale de 1810 à 1814.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 2000, 16 x 24 cm, 196 pp., broché.

Extraits du livre d'ordres du 2e régiment de grenadiers à pied de la Garde impériale, accompagnés des lettres d'un officier de la Garde, le colonel Félix Deblais. Écrites de septembre 1810 à janvier 1814, ces lettres proviennent des camps et bivouacs ou du cantonnement chez les habitants. « Deblais a parcouru l'Espagne, l'Allemagne, la Russie, la Westphalie, la Saxe. Il lui est arrivé, parfois, de soupirer après la fin de sa vie errante et des atroces privations qui décimèrent la Grande Armée de 1812. Il supporta courageusement, stoïquement, toutes les épreuves. […] Son témoignage est digne de s'ajouter à celui de Pierre de Constantin et des autres rescapés de la débâcle. » (Extraits de l'avant-propos de René Pathier.)

Les Gardes d'honneur pendant la campagne de 1813-1814.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 2000, 16 x 24 cm, 108 pp., broché.

Le Journal de marche de Stanislas Girard offre le point de vue d'un garde d'honneur sur l'organisation et la vie quotidienne des armées de Napoléon. Il nous montre que, contrairement à la légende, le soldat n'avait que peu d'entrain, que l'empereur ne se préoccupait pas des détails, que la discipline n'était qu'un mythe et que le désordre régnait souvent en maître… Les extraits du livre d'ordres du 2e régiment des gardes d'honneur donnent une idée précise du fonctionnement et du rôle de ce corps pendant la campagne de 1813-1814.

Les OPÉRATIONS militaires de la deuxième campagne d'Italie (1799-1800).

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2001, 16 x 24 cm, 205 pp., cartes, broché.

Le Premier consul met à l'épreuve une stratégie audacieuse pendant la deuxième campagne d'Italie. Il conçoit l'encerclement de l'armée autrichienne. Le premier texte de notre recueil, œuvre d'un adjudant général, montre bien l'envergurede l'opération qui coordonne les armées du Danube, d'Helvétie et d'Italie. Suit un rapport très vivant du général Molitor sur la campagne de 1799 en Helvétie, et une relation du siège de Tortone, rédigée d'après les notes du capitaine du génie Nempde. Texte central de ce recueil, les mémoires du général Victor, futur maréchal et duc de Bellune, forment un précis très complet de sa campagne à l'armée de réserve. La relation de Marengo y est particulièrement claire et donne toute sa place au rôle de Desaix. Ce récit est confi rmé par les lettres du général Dampierre à Mathieu Dumas et par un Aperçu militaire du général autrichien Neipperg.

Les redditions de 1815. Dernières résistances dans l'Est de la France.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2001, 16 x 24 cm, 113 pp., broché.

À la suite du Précis des opérations des armées du Rhin et du Jura en 1815 par A. Bulos, les témoignages du lieutenant Courvoisier et du maire François-Xavier Blanchard à Huningue, et celui d'Audouin de Géronval à Mézières évoquent la même lassitude devant la guerre, les désertions de plus en plus fréquentes, l'ennemi trop peu téméraire, préférant gagner du temps, et la résignation devant le retour de Louis XVIII, en un mot une résistance pour l'honneur, mais sans illusions quant à l'issue de la bataille.

Pontons et prisons sous le Premier Empire.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1998, 16 x 24 cm, 142 pp., broché.

Les prisonniers de guerre furent les grands oubliés de l'épopée napoléonienne. Pour autant, l'intérêt de leurs souvenirs dépasse souvent celui des classiques mémoires de soldats. La vie des prisonniers fourmille d'anecdotes : capture, conditions de vie, déplacements, évasion… Nous sommes loin de l'ordinaire de la vie en garnison ou même en campagne. Cinq témoignages nous éclairent sur la captivité sur les pontons espagnols et anglais ou dans les geôles russes : la relation de l'évasion des prisonniers du ponton La Vieille Castille par le chirurgien-major Chapuis, les Souvenirs d'un prisonnier de guerre en Espagne de l'adjudant Flamen d'Assigny, les Treize mois de captivité en Espagne (1811-1812) du lieutenant Boucquet de Beauval, l'excellent Coup d'œil rapide sur les pontons anglais de Chatam du lieutenant Mesonant et, pour finir, les Notes d'un prisonnier en Russie (1812-1814) du colonel Roederer.

Souvenirs et correspondance sur la bataille de Waterloo.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2000, 16 x 24 cm, 149 pp., cartes, broché.

Parus dans Le Spectateur militaire ou La Revue de Paris, les témoignages du colonel Combes-Brassard, du général Victor Albert de Salle, du commandant Jean-Baptiste Jolyet et d'un officier général anonyme proposent autant de récits et de réflexions sur les évènements de Waterloo. La correspondance du fils du maréchal Ney avec le général Jomini met en question la responsabilité du maréchal dans la défaite. L'Atlas pour l'intelligence des batailles de Waterloo et de Ligny de Jomini conclut ce volume avec un tableau des forces en présence et deux cartes en couleur.

Trafalgar et la marine du Premier Empire.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2001, 16 x 24 cm, 155 pp., broché.

La marine française n'est pas réputée pour s'être illustrée durant les guerres de l'Empire. Et pourtant, à y regarder de plus près, le comportement de nos marins fut souvent héroïque. Un premier document anonyme évoque la vie de la flottille des Sables d'Olonne durant l'année 1803. Les trois textes suivants portent essentiellement sur la bataille de Trafalgar. Le rapport du commandant Lucas, capitaine du vaisseau Le Redoutable d'où partit le coup mortel porté à Nelson, décrit le comportement exemplaire des marins français qui, cernés par les vaisseaux anglais, résistèrent jusqu'à la dernière limite. Le Journal du commissaire de la marine à bord du Bucentaure, quant à lui, met en avant les différences d'engagement dans la bataille entre les navires français. Enfin, le carnet de route de Jacques-Louis Chieux nous emmène de la campagne d'Allemagne de 1800 à Trafalgar. Embarqué à bord de L'Intrépide, Chieux raconte la capitulation au bout de deux heures de combat.

Waterloo. Récits de combattants.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1999, 16 x 24 cm, 150 pp., broché.

Réunion des témoignages français du colonel de Brack, célèbre auteur d'Avant-postes de cavalerie légère, et du colonel Heymès, aide de camp du maréchal Ney, avec les rapports adressés par les officiers hollandais à leurs supérieurs.

ALOMBERT et J. COLIN

La campagne de 1805 en Allemagne. Tome I.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2002, 2 vol. 16 x 24 cm, 745 pp. et 152 pp., atlas général (32 cartes), broché.

Nouvelle édition avec 32 cartes mises à jour, sous la direction de Jacques Garnier. Grâce à une minutieuse exploration des Archives de la Guerre, les capitaines Alombert et Colin nous font revivre, à travers plus de 4000 pages publiées de 1902 à 1908, l'épopée qui a mené les armées napoléoniennes jusqu'à Austerlitz. De plus, ils nous offrent dans leur intégralité de nombreux documents extraits des archives de Ney, Gudin, Davout, Soult, Belliard, Solligny, Vandamme, Compans et Eblé. Le cinquième et dernier tome constitue une véritable rareté puisqu'il n'avait paru que de manière confidentielle dans la Revue d'Histoire en 1907.

ALOMBERT et J. COLIN

La campagne de 1805 en Allemagne. Tome II.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2002, 16 x 24 cm, 889 pp., broché.

« Ce deuxième volume conduit les opérations jusqu’au passage du Danube. Il reproduit tout ce qui subsiste des renseignements reçus par l’Empereur. On jugera ainsi de la proportion d’erreurs et de vérités qu’ils comprenaient, et du travail auquel Napoléon et son état-major se sont livrés pour éliminer les unes et combiner les autres. » (Extrait de l'introduction.) Alombert et Colin ont eu accès aux archives de Ney, Gudin, Davout, Soult, Belliard, Solligny, Vandamme, Compans et Eblé. En reproduisant intégralement tous les documents, sans en supprimer ni modifier aucun, ils fournissent au chercheur le matériau indispensable à un travail objectif et précis.

ALOMBERT et J. COLIN

La campagne de 1805 en Allemagne. Tome III.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2002, 2 vol. 16 x 24 cm, VI-1282 pp., broché.

"Le troisième tome, divisé en deux parties, contient les opérations autour d’Ulm et en Bavière, c’est-à-dire la campagne contre l’armée autrichienne. Il s'interrompt le 24 octobre, date à laquelle l’Empereur réunit et reforme la Grande Armée pour la marche sur Vienne. La première partie du tome III comprend l’analyse d’Alombert et Colin, intitulée modestement introduction (p. 1 à 242) ; elle se poursuit par la publication de documents. La seconde partie est exclusivement consacrée à la publication des documents qu’ont dépouillés Alombert et Colin : ordres de marche, correspondances, tableaux de composition des différents corps, bulletins de la Grande Armée, états des troupes, etc."

ALOMBERT et J. COLIN

La campagne de 1805 en Allemagne. Tome IV.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2002, 16 x 24 cm, VI-771 pp., broché.

Le quatrième volume décrit minutieusement la maœuvre de Saint-Pœlten et Krems, première tentative de Napoléon pour s'emparer du corps de Koutousov. Les documents publiés couvrent la période du 25 octobre au 11 novembre 1805. La suite de cette étude, incluant la relation de la bataille d'Austerlitz, ne verra le jour que dans la Revue d'Histoire et sans la publication des documents officiels.

ALOMBERT et J. COLIN

La campagne de 1805 en Allemagne. Tome V.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2002, 16 x 24 cm, 304 pp., broché.

"La préface de Jacques Garnier précise que ce cinquième volume avait été publiée par le seul Jean Colin, de manière très confidentielle, dans la Revue d’Histoire en 1907. Cette partie est pourtant cruciale puisqu’elle nous emmène jusqu’à Austerlitz, bataille qui vient conclure la campagne d’Allemagne. Deux articles viennent également compléter cette étude : ""La surprise des ponts de Vienne"" par Colin et ""La question des étangs d’Austerlitz"" par un historien qui a préféré garder l’anonymat. Ils sont placés en fin de volume, et font la lumière sur deux épisodes controversés de la fin de la campagne."

AMEIL

Notes et documents.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1997, 16 x 24 cm, 238 pp., broché.

Nommé à la Première Restauration commandant de l'École militaire, le général Ameil se rallie à Napoléon durant les Cent-Jours. Il sert en Autriche, en Prusse, en Pologne, en Espagne, en Russie, en Saxe, en France en 1814 et à Waterloo. Ses notes, en forme de mémento personnel, fournissent maintes appréciations sur les hommes et les choses, des portraits de supérieurs et de frères d'armes.

ANGELBAULT (Clément-Julien-Augustin), ESCLIGNAC et GOUGEAT

Mémoires sur les campagnes d'Espagne.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1997, 16 x 24 cm, 160 pp., broché.

"Trois témoins retracent la vie quotidienne et les missions des soldats français pendant les terribles campagnes d'Espagne : le sous-lieutenant Angelbault avec son Précis historique des événements qui [lui] ont été particuliers et forment [son] journal militaire ; le cavalier Gougeat à travers ses Mémoires d'un cavalier d'ordonnance du 20e Dragons (1810-1813) ; et le colonel duc d'Esclignac dans sa Notice biographique et [ses] souvenirs de campagne (1808-1809 et 1823)."

ARNOULD (Philippe)

Histoire d'un héros franc-comtois. Le général de cavalerie Étienne Guyot (1766-1807).

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2001, 16 x 24 cm, 713 pp., nombreuses illustrations en couleur et en noir, broché.

Étienne Guyot méritait bien qu'on lui consacre un ouvrage ! Colonel commandant le 9e régiment de hussards en 1800, devenu général cinq ans plus tard, il fut de toutes les campagnes, de l'armée du Rhin à Friedland. Mais Étienne Guyot fait partie de ces héros morts prématurément au sommet de leur gloire militaire. Sa mémoire est enfin honorée par Philippe Arnould qui a mis à jour de volumineuses archives pour nous faire partager avec passion la vie de ce Franc-Comtois méconnu. Philippe Arnould est membre de la Sabretache, de la Société des Amis du Musée de l’Armée et de l’Association Internationale des Hussards.

BONNEFONS, CAILLEUX et BARALLIER

Souvenirs et cahiers sur la campagne d'Égypte.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1997, 16 x 24 cm, 138 pp., broché.

"Trois récits sur l'expédition d'Égypte : Un soldat d'Italie et d'Égypte ou les souvenirs (1792-1801) du sergent Bonnefons ; les Campagnes d'Égypte et de Syrie du caporal Cailleux ; et les Souvenirs d'un marin de la Légion nautique (ans VII-VIII) par un dénommé Barallier."

BOYELDIEU et Louis TESTE

Souvenirs de deux généraux du Ier Empire.

Paris, Librairie Historiques F. Teissèdre, 1999, 16 x 24 cm, 152 pp., broché.

Se trouvent ici réunis deux témoignages de généraux oubliés par l’Histoire. Les souvenirs de Boyeldieu intitulés Itinéraires et notes historiques du 4e Régiment de Ligne concernent les campagnes de 1809 et de 1813. Ceux de Teste sont consacrés aux opérations en Italie de 1805 à 1809.

BOYEN (Hermann von)

Mémoires (1771-1848). La régénération de la Prusse après Iéna, ou les prémices de la défaite de 1870 présentés, traduits et annotés par François Gendreau. Préface de Madame Nicole Gotteri.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2003, 2 vol. 16 x 24 cm., 995 pp., index et bibliographie, broché.

Mémoires présentés, traduits et annotés par François Gendreau. « D'importants passages sont […] consacrés à la Pologne et à la Russie, sans parler de tout ce qui est dit de l'histoire intérieure de la Prusse, la vie à la cour de Frédéric-Guillaume III, le travail du Roi et de ses ministres, le détail des réformes administratives et militaires. La richesse des mémoires de Boyen, dont l'idéologie belliciste et luthérienne est déjà un enseignement, méritait bien une édition française. On doit féliciter François Gendreau d'avoir mené à bien cette tâche considérable en livrant aux chercheurs une traduction complétée d'un appareil critique digne de l'érudition la plus exigeante. » (Extrait de la préface de Nicole Gotteri.)

BUAT

1809-De Ratisbonne à Znaïm.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2008, 2 vol., 17 x 25 cm, 784 p., brochés, un atlas de 32 cartes dépliantes sous étui cartonné.

"Jamais rééditée depuis sa première publication en 1909, l’œuvre d’Edmond Buat offre la meilleure relation de la campagne de 1809, de l’avis de bien des spécialistes d’histoire militaire. À cent ans de distance, l’auteur de 1809-De Ratisbonne à Znaïm fait revivre les grands événements de la campagne « en reconstituant l’ambiance au sein de laquelle vécurent les principaux acteurs ; en notant les impressions produites sur Napoléon par les renseignements recueillis chaque jour ; en analysant l’évolution de sa pensée ; en assistant, pour ainsi dire, à l’exécution des ordres du général en chef [et] en tentant d’expliquer les actes d’énergie ou de défaillance des généraux et de leurs troupes ». Le chef d’escadron Buat a fondé ses travaux sur l’abondante documentation éditée par le commandant Saski dans sa Campagne de 1809 en Allemagne et en Autriche et sur les fonds d’archives publiques et privées (celles du prince d’Essling en particulier) auxquels il eut accès. Ainsi la grande bataille de Wagram est-elle traitée de manière exhaustive avec une relation circonstanciée et des cartes de situation rassemblées dans l’atlas."

CAMON (Hubert)

La guerre napoléonienne. Précis des campagnes.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1999, 16 x 24 cm, 500 pp., 11 cartes, broché.

"Réimpression de l'édition de 1910 avec une préface de Jacques Garnier. « Pour établir la Théorie de la Guerre Napoléonienne, le seul moyen, c'est d'étudier systématiquement [les] manœuvres [de Napoléon] et ses batailles à la lumière de ses ordres journaliers, de manière à en dégager les idées maîtresses. […] D'ailleurs, étudiées dans l'ordre chronologique, les campagnes s'éclairent l'une par l'autre ; une campagne prépare la suivante : pas plus que la nature, l'esprit humain ne fait de saut. » (Extraits de l'avant-propos de l'auteur.)"

CHERON (A. de)

Mémoires inédits sur la campagne de Russie. Présentés par Robert de Vaucorbeil.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2001, 16 x 24 cm, 81 pp., broché.

Les différentes pièces du journal de marche d'Alexandre de Cheron, réunies et présentées par Robert de Vaucorbeil, forment un témoignage original et inédit sur la campagne de Russie. Cheron, aide de camp de 23 ans, retrace les étapes de son voyage vers Moscou : il dépeint avec force détails la progression du gros des troupes, le quotidien du voyage et les faibles résistances opposées à la marche de Napoléon à travers la Russie. Ses descriptions de batailles, de l'incendie de Moscou et de la retraite montrent bien l'état d'esprit dans lequel se trouvait le soldat après une campagne si éprouvante, et les extrémités auxquelles la faim, le froid et la peur ont pu le mener.

CLEMENSO (Hyacinthe)

Souvenirs d'un officier valaisan au service de la France.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1998, 16 x 24 cm, 115 pp., broché.

Hyacinthe Clemenso eut une vie mouvementée que rien pourtant ne laissait prévoir. C'est pour se soustraire aux disgrâces de son ménage qu'il s'enrôle en 1806 dans le bataillon valaisan qui se forme alors pour le service de Napoléon. L'aventure dure plus de vingt ans, de 1806 à 1827. Les Souvenirs du capitaine Clemenso nous conduisent d'Italie en Espagne, d'Allemagne en Pologne et de Russie en Aunis en passant par la Corse et la Bretagne. Le petit nombre de mémoires laissés par des officiers originaires du Valais romand rend plus précieux encore ce témoignage.

DE MEULENAERE (Philippe)

Bibliographie analytique des témoignages oculaires imprimés de la campagne de Waterloo en 1815.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2004, 21 x 30 cm, 832 pp., 2 cartes en couleur, relié sous jaquette.

Prix de la Bibliographie 2005 décerné par le Syndicat de la Librairie ancienne et moderne. Neuf cent quatre-vingt-quatorze témoignages de la dernière campagne de Napoléon, culminant dans la célèbre et controversée bataille de Waterloo, sont réunis ici pour la première fois. Sont renseignés les témoignages français mais également les anglais, les néerlandais et les prussiens. Du plus simple soldat au plus illustre général, de l'homme politique à l'obscur témoin civil, tous ont tenu à communiquer leurs observations ou à relater leur participation à cette campagne qui marqua la fin d'un empire. Avant-propos de Jean Tulard, membre de l'Institut. Préfaces de Jacques Logie et Philippe de Callataÿ.

DERRÉCAGAIX (Victor-Bernard)

Le maréchal Berthier, prince de Wagram et de Neuchâtel (1753-1815).

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2002, 2 vol. 16 x 24 cm, V-527 pp. et 619 pp., broché.

Réimpression de la première biographie consacrée au maréchal Berthier, publiée en 1904-1905. À travers les 1100 pages de ce monument remarquablement documenté, l'ami le plus sûr de Napoléon, souvent éclipsé par la forte personnalité de l'empereur, trouve la place qui lui revient dans l'histoire. Louis-Alexandre Berthier révèle ses talents militaires lors de la première campagne d'Italie avant de devenir chef d'état-major de l'armée de 1796. Il joue un rôle clé dans le déroulement de l'expédition d'Égypte. Nommé ministre de la guerre après le 18 Brumaire, puis à la tête de l'armée de réserve, Berthier offre au Premier consul la première de ses grandes victoires : Marengo. Il est fait maréchal le 18 mai 1804. Il prendra part à toutes les batailles de l'Empire : en Autriche, en Prusse, en Pologne, en Espagne, en Russie, en Saxe, et, finalement, à la campagne de France. Le général Derrécagaix (1833-1915) est l'auteur de nombreux ouvrages militaires, notamment sur la guerre de 1870 et l'Algérie. Outre sa remarquable biographie de Berthier, il a publié en 1908 le meilleur ouvrage sur le général Belliard.

DIVRY (Arnaud)

Le général Huard, baron de l’Empire (1770-1812).

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2002, 16 x 24 cm, 216 pp, cartes, illustrations, bibliographie et index, broché.

« Le général Huard n'a pas laissé de mémoires mais des lettres. Nous avons peut-être gagné au change. […] Ses lettres révèlent un homme équilibré, courageux, ayant le sens de la famille. Nous entrons, grâce à elles, dans l'intimité d'un général. Mais il y a plus. Les biographies s'arrêtent à la mort de leur héros. Ici, les documents publiés nous éclairent sur sa succession (Huard fut tué à la Moskowa). […] C'est donc un ensemble de documents exceptionnel qui nous est proposé. Il montre l'importance du général Huard, un peu oublié, il faut l'avouer, par les historiens de l'Empire. Cette publication est un modèle. Elle fera référence. » (Extraits de la préface de Jean Tulard, membre de l'Institut.)

DUCOULOMBIER (Henri)

Un chirurgien de la Grande-Armée. Le baron Pierre-François Percy.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2004, 16 x 24 cm, 511 pages, illustrations en couleur, broché.

Prix d'Histoire de la médecine aux Armées 2005. Bien moins connu que Dominique Larrey, Pierre-François Percy fut un grand chirurgien, parfait «honnête homme», humain et généreux, à la fois acteur courageux et témoin désabusé du drame des guerres de la Révolution, du Consulat et de l'Empire. Sous le commandement de Moreau, il crée des équipes chirurgicales mobiles, montées sur les célèbres «Würste», première tentative de médicalisation de l'avant. Il propose aux belligérants un projet de neutralisation des hôpitaux, annonçant les futures conventions de Genève. Chirurgien-inspecteur général de la Grande Armée sous l'Empire, Percy intervient à Austerlitz, Iéna, Eylau, Friedland, Burgos et Madrid. Son monument au Père-Lachaise porte l'inscription suivante : « Il fut le père des chirurgiens militaires ». Médecin lillois, ancien chef de service de pédiatrie à l’Hôpital Saint-Antoine et professeur honoraire de la Faculté libre de Médecine, le docteur Henri Ducoulombier est membre de la Société d’Histoire de la Médecine, dont il anime à Lille le comité local et un cycle de conférences.

DUPONT, VEDEL et BASTE

Mémoires sur la campagne d'Andalousie et la captivité qui s'ensuivit.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1998, 16 x 24 cm, 173 pp., broché.

La campagne d'Espagne a été un échec sanglant pour Napoléon. Pour la première fois, un corps d'armée français allait capituler en rase campagne à Baylen en 1808. Cet événement est présenté ici à travers les écrits de trois officiers français qui ont été les acteurs principaux de cette défaite.

ENZENTHAL (K. F. von)

Dictionnaire biographique des généraux autrichiens sous la Révolution et l'Empire (1792-1815). Tomes I et II.

Paris, Librairie Historique Teissèdre, 2013, 2 volumes in-4, (4)-1142-(2) pp., ill. in-t., annexes, bibliographie, broché, couverture illustrée

ESCALLE (C.-P.)

Des marches dans les armées de Napoléon.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2003, 16 x 24 cm, 297 pp., 9 cartes, broché.

L’image d’Épinal nous a transmis l’idée de la charge héroïque de la cavalerie impériale. Pourtant, on sait depuis longtemps que le génie de l’Empereur repose sur une force de travail et un sens de l’organisation exceptionnels. Publié en 1912, l’ouvrage du lieutenant Escalle aborde l’histoire des campagnes de l’Empire sous un angle original en répondant à une question essentielle : comment fonctionnait l’armée de Napoléon ? À travers les cas concrets des grandes batailles de l’Empire (de la campagne d’Italie en 1796 à Waterloo) et après avoir exposé les principes définis par les règlements militaires, le lieutenant Escalle étudie minutieusement le déplacement des armées. Il décortique ainsi les principes de la stratégie de l’Empereur mis à l’épreuve lors des plus grandes batailles napoléoniennes.

FLAHAUT (Jean)

Charles-Louis Cadet de Gassicourt, bâtard royal, pharmacien de l'Empereur.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2001, 16 x 24 cm, 496 pp., illustrations en couleur, broché.

Fascinant, attachant, surprenant… Les qualificatifs ne manquent pas pour décrire la personnalité de Cadet de Gassicourt. Fils naturel de Louis XV, Charles-Louis connut un parcours peu ordinaire : avocat au Parlement de Paris sous l'Ancien Régime puis idéologue révolutionnaire, il fut tour à tour poète et dramaturge, pharmacien et chimiste, fondateur d'un club gastronomique, franc-maçon… Il s'est illustré en tant que pharmacien de l'empereur durant la campagne d'Autriche de 1809. À ce titre, Cadet de Gassicourt embauma, avec l'aide de Larrey, la dépouille du maréchal Lannes. Enfin, cet ami d'enfance du futur général Thiébault sauva Napoléon du suicide au lendemain de Waterloo. Par Jean Flahaut, doyen de la faculté de Pharmacie de Paris.

FOUCART (Paul-Jean)

Campagnes de Prusse et de Pologne - Cartes et tableaux.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2006, 31 planches dépliantes placées dans un étui cartonné (13,5 x 21 cm).

"La nouvelle édition que nous vous proposons respecte l'intégralité du texte original de la Campagne de Prusse et de Pologne, harmonise les formats des volumes et reproduit les 31 cartes et tableaux dépliants en les plaçant dans un étui séparé pour en faciliter la consultation. L'œuvre est divisée de la façon suivante : – tome I : La campagne de Prusse (Iéna), 730 p. ; – tome II : La campagne de Prusse (Prenzlow-Lübeck), 960 p. ; – tome III : La cavalerie pendant la campagne de Prusse, 270 p. ; – tome IV : Campagne de Pologne (première partie), 543 p. ; – tome V : Campagne de Pologne (deuxième partie), 473 p."

FOUCART (Paul-Jean)

Campagnes de Prusse et de Pologne-Tome I. La campagne de Prusse (Iéna).

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2006, 13,5 x 21 cm, XIII-XV-730 pp., broché.

"Avant-propos de Jacques Garnier. Très actif au sein de la Section Historique de l'État-Major de l'Armée, le capitaine Foucart (devenu général en 1906) a publié plusieurs ouvrages sur les campagnes napoléoniennes, en s'efforçant de rendre accessibles à l'amateur et au chercheur les documents conservés aux Archives de la Guerre. L'œuvre maîtresse de Foucart demeure ses Campagnes de Prusse et de Pologne, publiées de 1880 à 1890. La nouvelle édition que nous vous proposons respecte l'intégralité du texte original, harmonise les formats des volumes et reproduit les 31 cartes et tableaux dépliants en les plaçant dans un étui séparé pour en faciliter la consultation. L'œuvre est divisée de la façon suivante : – tome I : La campagne de Prusse (Iéna), 730 p. ; – tome II : La campagne de Prusse (Prenzlow-Lübeck), 960 p. ; – tome III : La cavalerie pendant la campagne de Prusse, 270 p. ; – tome IV : Campagne de Pologne (première partie), 543 p. ; – tome V : Campagne de Pologne (deuxième partie), 473 p."

FOUCART (Paul-Jean)

Campagnes de Prusse et de Pologne-Tome II. La campagne de Prusse (Prenzlow-Lübeck).

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2006, 13,5 x 21 cm, XIII-XXVI-960 pp., broché.

"La nouvelle édition que nous vous proposons respecte l'intégralité du texte original de la Campagne de Prusse et de Pologne, harmonise les formats des volumes et reproduit les 31 cartes et tableaux dépliants en les plaçant dans un étui séparé pour en faciliter la consultation. L'œuvre est divisée de la façon suivante : – tome I : La campagne de Prusse (Iéna), 730 p. ; – tome II : La campagne de Prusse (Prenzlow-Lübeck), 960 p. ; – tome III : La cavalerie pendant la campagne de Prusse, 270 p. ; – tome IV : Campagne de Pologne (première partie), 543 p. ; – tome V : Campagne de Pologne (deuxième partie), 473 p."

FOUCART (Paul-Jean)

Campagnes de Prusse et de Pologne-Tome III. La cavalerie pendant la campagne de Prusse.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2006, 13,5 x 21 cm, XIII-VIII-270 pp., broché.

"La nouvelle édition que nous vous proposons respecte l'intégralité du texte original de la Campagne de Prusse et de Pologne, harmonise les formats des volumes et reproduit les 31 cartes et tableaux dépliants en les plaçant dans un étui séparé pour en faciliter la consultation. L'œuvre est divisée de la façon suivante : – tome I : La campagne de Prusse (Iéna), 730 p. ; – tome II : La campagne de Prusse (Prenzlow-Lübeck), 960 p. ; – tome III : La cavalerie pendant la campagne de Prusse, 270 p. ; – tome IV : Campagne de Pologne (première partie), 543 p. ; – tome V : Campagne de Pologne (deuxième partie), 473 p."

FOUCART (Paul-Jean)

Campagnes de Prusse et de Pologne-Tome IV. La campagne de Pologne.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2006, 13,5 x 21 cm, XIII-XIV-543 pp., broché.

"La nouvelle édition que nous vous proposons respecte l'intégralité du texte original de la Campagne de Prusse et de Pologne, harmonise les formats des volumes et reproduit les 31 cartes et tableaux dépliants en les plaçant dans un étui séparé pour en faciliter la consultation. L'œuvre est divisée de la façon suivante : – tome I : La campagne de Prusse (Iéna), 730 p. ; – tome II : La campagne de Prusse (Prenzlow-Lübeck), 960 p. ; – tome III : La cavalerie pendant la campagne de Prusse, 270 p. ; – tome IV : Campagne de Pologne (première partie), 543 p. ; – tome V : Campagne de Pologne (deuxième partie), 473 p."

FOUCART (Paul-Jean)

Campagnes de Prusse et de Pologne-Tome V. La campagne de Pologne.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2006, 13,5 x 21 cm, XIII-XIV-473 pp., broché.

"La nouvelle édition que nous vous proposons respecte l'intégralité du texte original de la Campagne de Prusse et de Pologne, harmonise les formats des volumes et reproduit les 31 cartes et tableaux dépliants en les plaçant dans un étui séparé pour en faciliter la consultation. L'œuvre est divisée de la façon suivante : – tome I : La campagne de Prusse (Iéna), 730 p. ; – tome II : La campagne de Prusse (Prenzlow-Lübeck), 960 p. ; – tome III : La cavalerie pendant la campagne de Prusse, 270 p. ; – tome IV : Campagne de Pologne (première partie), 543 p. ; – tome V : Campagne de Pologne (deuxième partie), 473 p."

GARDIER (Louis)

Journal de la campagne de Russie en 1812.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1999, 16 x 24 cm, 108 pp., broché.

Introduction et notes d'Albert Bertrand. Tenu par un jeune lieutenant, du 2 mars 1812 au 12 février 1813, ce journal quotidien offre une relation très émouvante de la bataille de la Moskowa et du passage de la Bérésina. Sans aucun doute un texte à découvrir sur la campagne de Russie.

GRANDJEAN et LAVAL

Journaux sur l'expédition d'Égypte.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 2000, 16 x 24 cm, 213 pp., broché.

Agent de change parisien parti faire fortune en Orient, Grandjean décrit les villes d'Alexandrie, du Caire et de Rosette dans son journal de voyage (1798-1800) et nous renseigne sur les industries apportées par les Français en Égypte. Le lieutenant Laval, quant à lui, se montre peu au fait des questions politiques mais il témoigne des opérations militaires auxquelles il a assisté, en particulier l'expédition de Syrie et la bataille d'Aboukir où il est blessé.

GUILLAIN, GICQUEL et BROQUANT

Souvenirs de marins du Premier Empire.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1998, 16 x 24 cm, 176 pp., broché.

La guerre maritime fut le point faible de Napoléon, la Royal Navy ayant toujours conservé la maîtrise des océans. Les marins français n'ont cependant pas démérité. Trois témoignages nous font revivre la vie quotidienne de ces marins et les épreuves qu'ils durent affronter. Le canonnier Guillain évoque Trafalgar à bord du Neptune puis les pontons de Cadix et de Plymouth. Le capitaine de vaisseau Gicquel raconte le ralliement de l'Égypte par l'amiral Ganteaume, l'expédition de Saint-Domingue, Trafalgard à bord de L'Intrépide et le naufrage de la Méduse. Enfin Broquant, capitaine de corsaire, nous offre le récit d'un long entretien qu'il eut avec l'empereur au sujet de la concentration de navires à Boulogne.

HASTREL

Mémoires (1766-1825).

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1998, 16 x 24 cm, 180 pp., broché.

Étienne d'Hastrel, descendant d'une famille de bonne noblesse, a servi dans l'infanterie royale sous Louis XVI. Pendant la Révolution, il gravit les marches de la hiérarchie en combattant pour la République. Il est nommé général de division en 1811 et poursuit sa carrière sous la Restauration. Ses mémoires constituent un intéressant témoignage, en particulier sur les campagnes de la Révolution et sur l'affaire de Walcheren.

HEYMÈS (Alain)

Pierre-Agathe Heymès, colonel d'Empire, général de Juillet (1776-1842).

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2006, 16 x 24 cm, 495 pp., illustrations en couleur et en noir, broché.

Le 18 juin 1815, sur le champ de bataille de Waterloo, le colonel Heymès vit les dernières heures du Premier Empire aux côtés du maréchal Ney dont il est le premier aide de camp. D'origine modeste, Pierre-Agathe a contracté son premier engagement en tant que simple canonnier, à l'âge de seize ans. Il prend part aux campagnes de la Révolution, à l'expédition de Saint-Domingue et à de nombreuses batailles de l'Empire. Demi-solde puis en retraite au lendemain de Waterloo, le colonel Heymès revient sur le devant de la scène lors des journées révolutionnaires de juillet 1830, au sein du parti du duc d'Orléans qui le fera général. L'auteur s'attache également à la vie privée de son lointain parent, marquée par la relation qui l'unit pendant de longues années à Alexandrine Lambert, née Pannelier, une cousine germaine de l'épouse du maréchal Ney. Alain Heymès nous fait revivre ces deux destins dont la rencontre aurait été fort improbable sans les bouleversements de la Révolution.

HÉRALDE (Jean-Baptiste d')

Mémoires d'un chirurgien de la Grande Armée, transcrits et présentés par Jean Chambenoit.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2002, 16 x 24 cm, 271 pp., index, broché.

De la trempe d'un Larrey ou d'un Percy, d'Héralde a exercé avec abnégation le noble - et bien souvent ingrat - métier de chirurgien militaire, parcourant les champs de bataille, soignant et amputant pour sauver des vies. Ses qualités d'observation donnent à son récit un caractère exceptionnel où se mêlent la relation des faits et l'analyse stratégique. À cet égard, d'Héralde n'hésite pas à critiquer le commandement, par exemple le rôle de Lannes à Pultusk ou l'attitude de Soult en Espagne. Le manuscrit inédit des mémoires de D'Héralde a été patiemment retranscrit et vérifié par Jean Chambenoit qui a également établi une étude biographique sur son auteur à l'aide de précieuses archives.

KOCH

Journal des opérations du 3e corps en 1813.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1999, 16 x 24 cm, 201 pp., broché.

Auteur de l'une des premières relations de la campagne de 1814, le général Koch a également laissé un témoignage beaucoup moins connu sur 1813. Capitaine durant cette campagne, il a rédigé, sous l'impulsion du général Jomini, un journal des opérations du 3e corps (sous les ordres du maréchal Ney), à l'aide de tous les documents qu'il a pu réunir ainsi que de ses souvenirs personnels. Cette publication a été enrichie du journal du 5e corps, créé en janvier 1813 par l'Empereur, de différents tableaux et d'une carte dépliante hors-texte.

LA JONQUIÈRE (Clément de)

L'expédition d'Egypte - Atlas.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2003, 16 x 24 cm, 38 cartes dépliantes sous étui.

LA JONQUIÈRE (Clément de)

L'expédition d'Egypte - Tome I.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2003, 16 x 24 cm, 673 p., broché.

"« Parmi les campagnes de la Révolution, l'expédition d'Égypte est à la fois l'une des plus populaires et des moins connues. » Ainsi commence le monumental ouvrage de Clément de La Jonquière. Publié de 1899 à 1907 sous les auspices de la Section Historique de l'État-Major de l'Armée, il nous conte, en quelques 3400 pages, l'une des plus extraordinaires aventures de la période révolutionnaire. Nombreux sont les témoignages, plus ou moins fiables, des contemporains ; nombreux également les textes sur le versant scientifique du « rêve oriental ». Aucun n'égale sur le plan militaire l'œuvre de La Jonquière. Les travaux de Georges Rigault sur la dernière phase de l'expédition d'Égypte et ceux de Pierre de La Grèverie sur le régiment des Dromadaires parachèvent l'ouvrage du maître dans le dernier tome. Nouvelle édition, sous la direction de Jacques Garnier, complète en six volumes et un atlas."

LA JONQUIÈRE (Clément de)

L'expédition d'Egypte - Tome II.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2003, 16 x 24 cm, 632 p., broché.

LA JONQUIÈRE (Clément de)

L'expédition d'Egypte - Tome III.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2003, 16 x 24 cm, 720 p., broché.

LA JONQUIÈRE (Clément de)

L'expédition d'Egypte - Tome IV.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2003, 16 x 24 cm, 688 p., broché.

LA JONQUIÈRE (Clément de)

L'expédition d'Egypte - Tome V.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2003, 16 x 24 cm, 692 p., broché.

LACOUR-GAYET (Georges)

La marine militaire de la France sous le règne de Louis XVI.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2007, 752 p., broché.

Préface inédite de Pierre Lévêque. Page glorieuse pour la marine française, la guerre de l'Indépendance américaine se trouve au centre de l'œuvre de Georges Lacour-Gayet (1856-1935) parue en 1905. L'historien présente les premières opérations en Europe et retrace toute la campagne de l'amiral d'Estaing en Amérique. Il étudie ensuite les projets de débarquement en Angleterre avant de mettre le cap sur les Antilles avec l'amiral de Grasse. Lacour-Gayet consacre la fin de son ouvrage à la campagne qui suscite sa plus vive admiration : celle du bailli de Suffren aux Indes. Ainsi, des ordonnances de Sartine aux règlements de Castries, l'auteur brosse-t-il un tableau remarquable de la marine royale entre 1774 et 1789. Depuis 1905, bien des travaux ont enrichi, complété voire modifié les analyses de Georges Lacour-Gayet. La marine militaire de la France sous le règne de Louis XVI n'en demeure pas moins un ouvrage de référence par la richesse et la sûreté de son information, la clarté de sa construction et la logique de son organisation.

LAFFAILLE (Gabriel)

Mémoires (1787-1814).

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1997, 16 x 24 cm, 200 p., broché.

Auteur de différents précis sur les campagnes d’Espagne, Gabriel Laffaille signe avce ces mémoires son seul texte vraiment personnel. Il revient sur sa jeunesse durant la Révolution, sur l'École polytechnique et sur les événements d'Espagne, en particulier sur l'épisode de Baylen.

LAMBRY (J.) et PASTORET

Campagne de 1813. Itinéraire et souvenirs de deux soldats.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1999, 16 x 24 cm, 137 p., broché.

L'Itinéraire du brigadier Lambry, du 2e régiment de gardes d'honneur, décrit l'instruction et l'organisation des gardes d'honneur de 1813, derniers venus de la Garde impériale, et offre un très bon récit des batailles de Leipzig et de Hanau où son corps d'élite s'illustra. Le récit du marquis de Pastoret propose, quant à lui, le témoignage d'un civil, intendant français en Allemagne occupée.

LÉRAULT (Daniel)

De Waterloo à la légion étrangère Le singulier destin des colonels Stofel.

(Paris), Daniel Lérault, Paris, Librairie historique Teissèdre-Clavreuil, 2008, in-8, 348 pp., broché, couv. ill.,

LÉVÊQUE (Pierre)

Histoire de la marine du Consulat et de l'Empire. Volume 1 : du 18 Brumaire à Trafalgar. Volume 2 : Après Trafalgar.

Paris, Librairie Historique Teissèdre, 2014, 2 volumes in-4, 547 & 555 pp.,. ill. in-t., annexes, index, broché, couverture illustrée

MONTAGLAS (Jean-Pierre-Galy)

Mémoires d'un chef d'escadrons de chasseurs à cheval de 1792 à 1801.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2001, 16 x 24 cm, 118 p., broché.

"Réimpression de la première édition (Librairie Chapelot, 1908) de l'Historique du 12e chasseurs à cheval. Présent sur tous les champs de bataille, de Valmy (1792) aux Grisons (1801), Galy Montaglas nous fait partager avec moult détails la vie quotidienne du soldat. De 1792 à 1797, il est aux Armées du Nord et de Sambre-et-Meuse ; de 1798 à 1800, aux Armées d’Helvétie et du Rhin ; de 1800 à 1801, aux Armées de réserve d’Italie et des Grisons. Ariégeois, Galy Montaglas a gardé dans son style non seulement la simplicité de ses origines mais aussi toute son authenticité."

OYON

Campagnes et souvenirs militaires (1805-1814).

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1997, 16 x 24 cm, 235 pp., broché.

Jean-Auguste Oyon a fait les guerres de l’Empire au 4' régiment de dragons. Ses mémoires constituent un bon témoignage sur la réalité vécue par les soldats de la Grande Armée durant les batailles d'Ulm et d'Austerlitz en 1805, la campagne du Portugal de 1807-1808, et la campagne de France de 1814, en particulier lors de la bataille de Laon. Notons que les amours de l'auteur occupent une place aussi importante dans ses souvenirs que ses exploits militaires…

PELET-CLOZEAU (Jean-Jacques-Germain)

Mémoires sur ma campagne du Portugal (1810-1811).

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2003, 16 x 24 cm, 706 pp., 8 cartes, broché.

Jean-Jacques-Germain Pelet-Clozeau, premier aide de camp du maréchal Masséna, a tenu un journal pendant la campagne du Portugal, dont Christian Schneider nous offre la première publication. En historien, Pelet-Clozeau cherche les causes de l'échec des opérations menées par son supérieur. Il nous fait participer aux discussions des généraux et étudie la tactique des Français comme celle des Anglais. Le bonapartiste militant qu'il deviendra plus tard ne l'empêche pas de critiquer Napoléon et même Masséna dont il était le conseiller et le confident. Un des passages les plus intéressants du livre relate les entrevues des 6 et 8 avril 1811 avec Napoléon auprès duquel Pelet-Clozeau était venu défendre l'action de son chef. Ainsi ce journal constitue-t-il à la fois un mémoire bien documenté et des mémoires, en ce sens que son récit est autobiographique. Christian Schneider a publié en 2000 les Souvenirs du général Béchet de Léocour dont une partie décrit la campagne du Portugal de 1810-1811. Béchet, qui était le chef d’état-major du maréchal Ney, évoque souvent le nom de Pelet. Comme on le sait, les deux maréchaux ne s’entendaient pas, et leurs subordonnés ont beau regretter leurs disputes qui ont été une des raisons de l’échec de la campagne, ils justifient l’action de leurs supérieurs respectifs. La confrontation des deux mémoires permettra au lecteur de se faire une opinion.

PICARD (L.)

La cavalerie dans les guerres de la Révolution et de l'Empire (1792-1815).

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2000, 2 vol. 16 x 24 cm, 419 pp. et 406 pp., 18 planches en couleur, broché.

Campagne après campagne, le commandant Picard étudie le rôle grandissant de la cavalerie sous la Révolution et l’Empire. Le texte, publié en 1855 sans illustrations, a été enrichi des cartes en couleur d’Eugène Titeux, représentant les uniformes des différents corps de cavalerie.

PULLY (Charles-Joseph Randon de Malboissière de) et VILLENEUVE-BARGEMON

Campagne du Tyrol.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1999, 16 x 24 cm, 201 pp., broché.

Sont réunis la Correspondance pendant la campagne de l'an IX à l'Armée des Grisons de Charles-Joseph Randon de Malboissière, général de Pully et comte d'Empire (1751-1832), et les mémoires (1777-1802) de Ferdinand Emmanuel, marquis de Villeneuve-Bargemon (né et mort à Grasse) qui prit part à la campagne du Tyrol.

QUIERS (Francis)

Jean-Baptiste Milhaud, montagnard, comte de l'Empire.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2004, 16 x 24 cm, 433 pp., illustrations en couleur, broché.

«La légende s'est tôt emparée de Milhaud. Légende noire du révolutionnaire régicide […]. Légende glorieuse du cavalier, général de corps d'armée, immortalisé par Victor Hugo dans ses Misérables. […] Le temps est venu, loin des passions partisanes, d'un réexamen approfondi de tous les aspects de la vie de Jean-Baptiste Milhaud pour tenter d'en approcher la vérité et rectifier quelques jugements inéquitables. C'est ce à quoi s'est employé l'auteur, Francis Quiers, qui offre au lecteur un travail documenté, écrit avec une passion maîtrisée, en un mot une belle biographie d'historien.» (Thierry Lentz, directeur de la Fondation Napoléon.)

ROSTOPTCHINE (Fédor Vasilievitch) et Natalie NARICHKINE

L'incendie de Moscou raconté par Rostopchine et par Mme Narichkine, sa fille.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2000, 16 x 24 cm, 173 pp., broché.

Qui a mis le feu à Moscou dans la nuit du 15 au 16 septembre 1812 ? Trois textes ont été réunis pour tenter d'y voir plus clair. Le premier se compose d'extraits des mémoires de la fille aînée du gouverneur de Moscou, publiés à Saint-Pétersbourg en 1912. Le deuxième texte contient la justification du comte Rostopchine qui dément les affirmations des bulletins de la Grande Armée, sans parvenir à démontrer son innocence. Enfin, la correspondance de Rostopchine avec l'empereur Alexandre, du 7 juin au 2 décembre 1812, constitue un document de premier plan sur l'organisation politique de la Russie, l'opinion publique, la vie à Moscou et la valeur symbolique de cette ville aux yeux des Russes.

SANGLÉ-FERRIÈRE (François-Etienne), UN TEMOIN ANONYME et Charles-François-Joseph DUGUA

Souvenirs, journal et correspondance sur l'expédition d'Égypte et l'armée d'Orient.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1998, 16 x 24 cm, 143 pp., broché.

L'expédition de Bonaparte en Égypte a contribué à la légende du personnage. Trois témoignages nous restituent l'atmosphère de cet épisode oriental : les Souvenirs de l'expédition d'Égypte de Sanglé-Ferrière (1913), un Journal historique des faits de l'armée d'Orient rapportés par un militaire de cette armée, publié par Louis Calendini en 1902, et la Correspondance du général Dugua, commandant la Basse-Égypte pendant l'expédition de Syrie, publiée dans le Carnet de la Sabretache en 1906.

SASKI (Charles-Gaspard-Louis)

Campagne de 1809 en Allemagne et en Autriche.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2008, 3 vol., 17 x 25 cm, 1496 p., brochés, un atlas de 28 cartes et tableaux dépliants sous étui cartonné.

"« La Grande Armée de 1809 ne sera déjà plus semblable à ses devancières, écrit Saski ; aussi est-il d’un intérêt supérieur de connaître la composition de cette armée avant de commencer l’exposé des opérations. » Le premier volume de la Campagne de 1809 en Allemagne et en Autriche est donc entièrement dévolu à la préparation à la guerre. Les tomes II et III traitent des marches et des opérations de la Grande Armée sous le commandement immédiat de Napoléon et se concluent sur la bataille d’Essling. Restée inachevée, l’œuvre s’interrompt avant la bataille de Wagram qui sera étudiée par le chef d’escadron Buat dans sa relation, 1809-De Ratisbonne à Znaïm. Le commandant Saski donne la priorité aux documents d’archives et révèle, en temps réel, la difficulté pour Napoléon de se renseigner sur les intentions de l’adversaire autrichien dont il est séparé par le Danube. Ainsi le lecteur participe-t-il aux événements comme s’il se trouvait avec l’état-major général et peut-il saisir par lui-même l’enchaînement des faits en s’appuyant sur les cartes et les tableaux contenus dans l’atlas. Notre édition a été enrichie de deux contributions du commandant Saski au Carnet de la Sabretache (1895-1896) et d’un ouvrage – très peu connu – publié en 1896 : Les marins de la flottille et les ouvriers militaires de la marine pendant la campagne de 1809 en Autriche."

SIGNOLI (Michel), Thierry VETTE, Olivier DUTOUR et Yann ARDAGNA

Vilna 1812-Vilnius 2002. Les oubliés de la retraite de Russie.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2008, 21 x 24 cm, 180 p., nombreuses illustrations en couleur, broché.

À l’automne 2001, un groupe d’ouvriers travaille sur un chantier de construction au nord de Vilnius, capitale de la Lituanie, lorsque des ossements apparaissent. L’analyse des objets découverts au contact des squelettes permet de démontrer qu’il s’agit des dépouilles de soldats de la Grande Armée de Napoléon, disparus au cours de la tragique retraite de Russie, en décembre 1812. Une équipe de chercheurs français, dépêchée sur place, va réaliser la fouille du charnier et l’étude des vestiges dans le cadre d’une collaboration franco-lituanienne. Les oubliés de la retraite de Russie fait le point sur les résultats des travaux menés sur le terrain et en laboratoire. À travers les textes et les photographies recueillis dans ce livre, ce sont les vies de milliers d’hommes qui défilent sous nos yeux.

SPRÜNGLIN

Souvenirs des campagnes d'Espagne et de Portugal.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1998, 16 x 24 cm, 274 pp., broché.

Né à Berne en 1773, Emmanuel-Frédéric Sprünglin débuta sa carrière militaire dans l'armée des Pays-Bas en lutte contre la France révolutionnaire. On le retrouve, en 1806, capitaine dans la légion du Nord au service des Français. Sprünglin participe ensuite à la campagne d'Espagne comme officier d'état-major du maréchal Ney et obtient divers commandements. Ses souvenirs offrent un témoignage remarquable sur la guerre d'Espagne, le Portugal (Torres Vedras) et sur les rivalités entre chefs militaires.

TABEUR (Jean)

Le général Drouot.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2004, 24 x 16 cm, 324 p., broché.

Né à la fin du règne de Louis XV, le général Drouot meurt un an à peine avant le début de la Seconde République. Quelle extraordinaire destinée pour ce fils de boulanger devenu aide de camp de Napoléon, gouverneur de l’île d’Elbe, aide-major général de l’armée à Waterloo ! Qu’on ne s’y trompe pas, Drouot serait resté inconnu des historiens si, après une quinzaine d’années au service de son arme, l’artillerie, il n’avait été remarqué par un autre artilleur, celui qui allait le surnommer « le Sage de la Grande Armée ». C’est à Wagram, répondant aux ordres de Napoléon, qu’il se fait reconnaître par tous, amis ou ennemis, comme étant dans la lignée des grands officiers d’artillerie. Sur un front de mille cinq cents mètres, il entraîne une batterie de cent deux pièces à la manière d’une charge de cavalerie, foudroie les rangs autrichiens et ouvre une brèche aux cuirassiers de Nansouty, assurant ainsi le succès final. Sans le citer dans le Bulletin de la victoire, l’Empereur ne l’oubliera pas dans les jours qui vont suivre. À la valeur militaire, il faut ajouter les qualités d’intégrité et de fidélité dont Drouot ne s’est jamais départi. Refusant de se laisser corrompre quand il était inspecteur des manufactures d’armes, droit et ferme lors de son procès à la Seconde Restauration, il refuse tous les honneurs que lui offre ce nouveau régime.

WALTER (Jakob) et Jean DIF

Les Mémoires de Jakob Walter, 1812. La marche en Russie des fantassins wurtembergeois au service de l'Empire.

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2003, 16 x 24 cm, 189 pp., cartes, illustrations., index et bibliographie commentée, broché.

Traduction, avant-propos et notes de Jean Dif. Ces mémoires, vivants et fourmillants d'anecdotes et de détails pittoresques, se lisent comme un roman. À ce titre, ils s'adressent au public le plus large. Il ne s'agit pourtant pas d'une œuvre de fiction car l'auteur a réellement participé aux événements qu'il relate. Aussi les historiens et les chercheurs y trouveront-ils des informations inédites, en particulier sur le rôle tenu par les troupes allemandes durant la campagne de Russie. À la fin de l'ouvrage se trouvent des planches d'uniformes en couleurs. Jean Dif, maître de conférence à l'ENA, a redonné vie à ce texte (lire absolument le recit qu'il fait de sa découverte) et l'a de plus doté d'un important appareil critique.

WAUTIER

Mémoires d'un officier belge.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 2000, 16 x 24 cm, 93 pp., broché.

Ces mémoires embrassent près d'un siècle de l'histoire belge. Né sous le règne de Marie-Thérèse d'Autriche, François-Xavier de Wautier devient le doyen des généraux belges et meurt sous le règne de Léopold II. Cet officier aura ainsi servi tour à tour l'Autriche, la France, le roi de Westphalie, les Pays-Bas et, enfin, sa patrie devenue indépendante.

WERBA (Daniel)

Le combat d'Arromanches. Épisode des guerres de l'Empire, 8 et 9 septembre 1811.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 2000, 16 x 24 cm, 115 pp., illustrations, broché.

Entièrement inédit, cet ouvrage se propose d'étudier un épisode peu connu de l'histoire napoléonienne, qui fut l'un des rares succès navals de la période. L'auteur, délégué régional de l'Association pour la Conservation des monuments napoléoniens, a exploré les archives françaises et britanniques tout en visitant les lieux qui furent le théâtre de ces événements.

WOLZOGEN (Ludwig von)

Mémoires d’un général d’infanterie au service de la Prusse et de la Russie (1792-1836).

Paris, Éditions Historiques Teissèdre, 2002, 16 x 24 cm, 686 pp., broché.

"Sur les milliers de mémoires publiés, les traductions de mémoires d'officiers étrangers sont extrêmement rares. François Gendreau s'est attelé à cette tâche colossale pour les mémoires de Wolzogen en enrichissant sa traduction d'un appareil critique remarquable. Un homme peu ordinaire nous est ainsi présenté : soldat, Wolzogen passe du service du Wurtemberg à celui de la Prusse et devient précepteur du prince Eugène ; il rencontre Napoléon lors des négociations pour le mariage de Jérôme Bonaparte avec Catherine de Wurtemberg ; en 1807, il intègre l'armée russe et accède au grade de lieutenant-colonel avant de devenir aide de camp de l'empereur Alexandre. Wolzogen est alors chargé de reconnaître et de cartographier la frontière ouest de la Russie et une partie de la Pologne, en prévision d'une offensive de Napoléon. Après la bataille de Leipzig, Wolzogen quitte la Russie pour Weimar dont il représente le duc au congrès de Vienne. La dernière mission accomplie par Wolzogen : l'instruction militaire des princes Frédéric et Guillaume de Prusse, futurs roi et empereur."

ZALUSKI (Joseph-Henri)

Les Chevau-légers polonais de la Garde (1812-1814). Souvenirs.

Paris, Librairie Historique F. Teissèdre, 1997, 16 x 24 cm, 117 pp., broché.

Écrits vers 1860 à Cracovie et publiés dans le Carnet de la Sabretache en 1897-1898, ces souvenirs constituent un témoignage précieux sur le rôle des Polonais dans les campagnes de Russie et d'Allemagne, au sein du prestigieux régiment de la Garde impériale.